22 janvier

Ma journée n’avait pas vraiment bien commencée : pas d’argent pour recharger mon navigo, problèmes de RER (comme si je n’étais pas déjà partie bien en retard de chez moi), et café renversé sur tout le bureau (étonnamment lorsque vous lâchez votre tasse, ça fait bien plus de dégâts que lorsque vous ne la renversez). Habituellement, ça m’aurait mis d’humeur maussade. Mais aujourd’hui, j’avais la tête ailleurs…

Après avoir remarqué que pour la première fois depuis mon retour, je n’avais pas checké Instagram ni les autres réseaux sociaux pour voir le compte de Stiles ou d’autres personnes que j’avais rencontré en Suède, j’avais compris que ce week-end avait été le remède à tout ce que je ressentais depuis le nouvel an. Je me sentais plus légère, plus heureuse, plus courageuse, mais ni triste, ni anxieuse, ni inquiète. J’avais fêté mon anniversaire avec des amis venus de Belgique pour me voir. Nous n’avions rien fait de particulier – schéma classique : dîner, beuverie, et finalement un petit « fika » (tradition Suédoise où tu prends du thé/café/boisson avec quelque chose à manger) pour terminer en beauté. Mais les faits étaient là : je me sentais différente, j’avais l’impression de m’être un peu plus trouvée.

Quelque part, une petite voix me disait que ça venait sûrement du sentiment d' »héroïsme » que je ressentais parce que j’avais convaincue à une amie qui se sentait mal de venir nous rejoindre à ma petite soirée d’anniversaire. Une autre me disait que je me sentais juste spéciale parce que j’avais reçu de l’attention d’une autre amie qui avait tout plaqué pour venir me voir ce soir-là. Une dernière me répétait que c’était seulement le contact humain qui m’avait fait me sentir aussi bien parce que cela faisait un mois que je me sentais seule et oubliée. Pour ma part, je pense que c’est un tout : j’ai reçu de l’attention, j’ai rechargé mes piles avec tous les câlins qu’on a dû me faire ce soir-là, mais j’ai aussi passé énormément de bons moments avec des personnes que j’aime. J’ai l’impression que mon groupe d’amis belges fait ressortir de ce que j’ai de meilleur en moi. Ils font disparaître toutes mes insécurités, et me font sourire, et je les aime fort pour ça. Désormais, la seule chose que je ressentais, c’était le vide présent à cause de leur départ.

J’étais aussi très confuse parce que jamais dans ma vie, je n’ai ressenti autant l’envie d’avoir quelqu’un dans ma vie. Je ne sais toujours pas si je veux une relation sérieuse, ou juste m’amuser sans prises de tête, mais j’ai vraiment besoin de contact humain. J’aimerai me réveiller aux côtés de quelqu’un le matin – préférablement dans ses bras. Cela faisait un mois que je ne cessais de penser à Stiles, à quel point j’aurais aimé apprendre à le connaître plus, et au fait que je n’ai jamais compris la relation que nous avions. Nous avons été amis au départ, mais tout avait changé le jour où, sur de nombreux malentendus, nous nous sommes retrouvés à faire des choses plus intimes que de simples amis. (voir flashback 6 octobre 2017). Cette sensation d’être passée à côté d’une amitié très intéressante me frustrait, et m’empêchait de passer à autre chose. Ou était-ce la sensation d’avoir l’impression d’avoir tout gâché avec ma timidité et mon indécision? Parfois, je me demande ce qui serait arrivé si j’avais pris mon courage à deux mains, et que je l’avais repoussé ce soir-là.

***

Avoir un contact très proche avec l’un de mes amis belges, Marc, ne m’avais guère aidée dans tout ça. Cette discussion que nous avions eu au tour de la musique samedi soir me trottait en tête et ne voulait pas me quitter. Je m’étais sentie vibrer, j’avais enfin l’impression d’être sur la même longueur d’onde que quelqu’un. J’avais rêvé pouvoir trouver quelqu’un avec qui partager mes goûts musicaux sortant de l’ordinaire, et c’était la première fois que je rencontrais quelqu’un, qui non seulement connaissait mes groupes préférés, mais partageait également ce que je ressentais en les écoutant. Cette sensation de partage était hors du commun, et ne m’avait jamais fait me sentir aussi proche de quelqu’un. Entre la distance et le fait que c’était l’ex d’une de mes amies, je dois rapidement chasser toutes ces rêvasseries.

***

Bien que je pensais avoir tourné la page avec le Finlandais depuis belle lurette, cela m’a fait tout drôle de voir que sa relation se concrétisait avec la fille qu’il fréquentait actuellement via un post Facebook. J’ai toujours pensé que c’était un coureur de jupons. Ça ne m’a pas vraiment fait mal, mais je sais que j’ai ressenti un drôle de sentiment. Juste le temps d’un instant je me suis demandée ce qui aurait pu se passer si j’avais agis différemment. Si j’avais été plus courageuse aux bons moments. Si je n’avais pas été intimidée ni avais eu honte de ce que je ressentais. Mais je chassais vite ces idées de ma tête : c’était une expérience comme une autre. Elle a fait ressortir ce que j’avais de pire en moi devant tout un tas de gens. Mais une grande partie est restée malgré tout. Maintenant c’était à moi de ne pas regretter, et d’en tirer les bonnes choses. Faire en sorte que cela ne soit pas arrivé pour rien. Et surtout ne plus recommencer mes erreurs passées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s