Angoisses – 21.08

Lorsqu’on a de l’anxiété sociale, on vit dans l’angoisse. Je suis pas à plaindre, je m’en sors plutôt pas mal. Mais parfois, il m’arrive que ce soit incontrôlable. Il y a comme flot de pensées qui s’enchaînent très vite dans ma tête, et qui ne veulent plus partir. Elles m’étouffent, elles sont comme indélébiles, insaisissables. Tout d’un coup, je me retrouve avec un brouhaha d’idées noires qui m’empoisonnent à petit feu, elles m’emprisonnent. Puis, l’irréparable est commis, elles ont parlé pour moi, et elles intensifient, se nourrissant de ma peur, de ma peine, de mon incapacité.

J’aimerai me débarrasser de ces chaines, j’essaie de me consoler, mais c’est là, c’est présent. Ca crie, ça hurle, c’est intarissable. Finalement, je m’isole, persuadée, convaincue, décervelée, que c’était pour le mieux. L’anxiété, c’est plus qu’une angoisse, c’est une bête, une prison, un filet, un piège. Plus tu la nourris, plus elle a d’emprise sur toi. Plus elle a d’emprise sur toi, plus tu la nourris. Elle grandit, elle t’étouffe, elle te pénètre, elle s’autosuffit, elle t’habite, tu n’es que son hôte, tu lui es soumis. Elle de dévore, jusqu’à la dernière miette, jusqu’à ton dernier souffle.

C’est plus qu’un phénomène, plus qu’une maladie, plus qu’un amas de symptômes. Puis, la machine s’arrête, et ton quotidien continue, il reprend son cours normal comme si de rien n’était. Tu ris jaunes, tu panses tes plaies, comme si ça allait les guérir. T’es persuadé que tout ira bien.

Ce que personne ne sait, c’est que tu contrôles chacun de tes mouvements jusqu’à t’en rendre folle. Tout doit être parfait. Tout, jusqu’à dans ta peau, ta bouche, tes mots, tes gestes, tes vêtements. C’en devient une malédiction. Mais les gens te sourient. « Ce qui est dingue avec toi, c’est qu’on est sûrs que le travail sera bien fait ». Oui, parce que l’erreur coûte trop cher.

Tu t’inquiètes en permanence. Et le pire, c’est que ça vient t’hanter la nuit. C’est un bruit blanc continu dans ta tête. C’est comme si quelqu’un zappait la télé sans s’arrêter. Des images défilent, des hontes s’amplifient, et tu repenses ta vie d’une autre manière. Viennent s’ajouter à ça des acouphènes. Tu manques d’air, tu t’étouffes, tu as l’impression de te noyer.

Tu n’oublies rien. Si l’autre est passé à autre chose, toi tu restes sur le même sujet dans ta tête. Et si ce que t’avais dit était mal interprété? Il vaut peut-être mieux plus parler. C’est comme si l’anxiété te liait les mains, les pieds, et mettait un bout de sparadrap sur la bouche. T’es tellement terrifié que tu ne peux plus bouger, ni parler, il ne te reste plus que tes yeux pour pleurer. Mais t’es en public ma grande, va falloir attendre d’être seule.

Finalement, aux yeux des autres tu deviens fade. T’es là, t’es présente, t’es dans le décor, mais t’es pas réellement toi. Tu réponds pas aux messages, du coup on pense que t’aimes pas les autres. Que t’es hautaine, et que t’aimes te faire désirer. Et si la réponse était simplement que tu avais peur de décevoir les autres s’ils apprenaient à te connaître? Il t’arrive que la boîte de pandore s’ouvre, qu’une partie de toi se laisse entrevoir. Mais non, vite, il faut la cacher. L’alcool aime te faire parler de toi, mais le lendemain l’anxiété te le fait regretter. Et tu t’isoles, à nouveau, tu regrettes, tu souhaites juste tout effacer.

Ce qui est grave est grave. Ce qui n’est pas grave reste grave. Finalement, rien n’est grave, tout n’est qu’éphémère, et souvent n’existe qu’un espace d’un instant. Personne n’y fait même attention, mais toi si. Dans ta tête, c’est infini. C’est gravé. Ca partira plus jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s